topblog Ivoire blogs

vendredi, 02 décembre 2011

La maîtresse

A l'école, la maîtresse :
- Aujourd'hui, nous allons étudier l'épithète. Ali, construis-moi une phrase contenant une épithète.
- Oui M'dam. Aujourd'hui, il y a du soleil.
- Il n'y a pas d'épithète dans cette phrase, Ali.
- Pas di problème : aujourd'hui, il y a du soleil, épithète que demain il y en aura encore.


Bon, les enfants, une phrase avec le mot 'volupté' Ali:
- Hier, on est allé a la plage avec papa et on a mangé, on a même beaucoup mangé.


Maîtresse : - Mais il n'y a pas volupté, dans ta phrase.
Ali : - Attend, attend, après, papa il a volupté et il a chié dans son froc.

Maladie

Quelqu'un qui souffre de Parkinson et de l'Alzheimer en même temps, peut-il oublier de trembler?

Le directeur

Le directeur d'un asile de fous fait visiter à un journaliste le bâtiment :
-Dans le premier étage, c'est ceux qui sont un peu fous, dans le deuxième c'est ceux qui ne sont pas très fous, au troisième, ceux qui sont moyennement fous, au quatrième, ceux qui sont assez fous, au cinquième c'est ceux qui sont très fous, au sixième, c'est les fous dangereux, et au septième, c'est mon bureau !

jeudi, 01 décembre 2011

Le divorce…


Une jolie blonde entre toute excitée dans le bureau d'un avocat. Sans prendre le temps de s'asseoir, elle demande:
"C'est vrai que si je divorce j'entrerai en possession de la moitié des biens de mon mari ?"
"Si on se débrouille bien, répond l'avocat, oui, c'est possible. Pourquoi, vous songez à divorcer?"
"Pas encore, répond la blonde. D'abord je dois trouver mon mari."

Le 3 ème âge…


Deux dames du club du troisième âge prennent le thé devant des petits gâteaux.
- Alors, quoi de neuf depuis la dernière fois qu'on s'est vues?
- Oh, tu sais ce Monsieur Martin qui vient tout juste d'emménager à côté de chez moi et qui s'est inscrit
tout de suite à notre club, eh bien hier soir, nous sommes sortis ensemble. Il est arrivé sur le pas de ma porte avec un bouquet de roses à la main. Ensuite, comme un vrai gentleman, il m'a emmenée au restaurant et nous avons pris un plateau de fruits de mer. Puis, toujours en gentleman, il m'a invité à prendre un verre au piano-bar.
Sur le coup de minuit, il m'a raccompagnée jusque chez moi, toujours avec la manière. Là, je n'ai pas voulu le laisser repartir comme ça, alors je l'ai invité à rentrer prendre un dernier verre. À ce moment-là, il s'est approché de moi et m'a arraché tous mes vêtements, il m'a tiré de force sur le lit et m'a fait subir les pires outrages!...
- Oh Mon Dieu, répond l'autre, et dire qu'il m'a donné rendez-vous ce soir ! Qu'est-ce que tu crois que je dois faire?
- Ben, si j'étais toi, je mettrais des vieux vêtements...