topblog Ivoire blogs

vendredi, 01 mars 2013

Le prete, le medecin et l'avocat

Un vieil homme agonisant veut être enterré avec son argent. Il appele alors son prêtre, son médecin et son avocat à son chevet.

- Voici 30 000 $ en espèces que je remets à chacun d'entre vous. J'ai confiance en vous pour mettre cette argent dans mon cercueil quand je serai enterré.

À l'enterrement, chaque homme mis une enveloppe dans le cercueil. Le prêtre soudain éclate en sanglots et avoue :

- Je n'ai mis que 20 000 $ dans l'enveloppe parce que j'avais besoin de 10 000 $ afin de réparer le toit de l'église.
- Eh bien, puisque nous sommes entre gens de confiance, dit le médecin. Je n'ai mis que 10 000 $ dans l'enveloppe car nous avions besoin d'une nouvelle machine à rayons X pour la pédiatrie à l'hôpital qui a coûté 20 000 $.

L'avocat leur répond :
- J'ai honte de vous deux, s'exclame-t-il. Moi j'ai tout mis l'argent dans le cercueil, j'ai joint un chèque de la totalité de 30 000 $.



jeudi, 28 février 2013

Proclamation du jugement

Proclamation du jugement dans le litige contre Materrazzi par la FIFA
-Le juge dit: "J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle.
Laquelle veux-tu entendre en premier?"
-Matterrazzi : "D'abord la mauvaise."
-Le juge: "Pour tous les propos racistes que tu as tenu a l'encontre du
monde musulman , tu a été condamné à mort , Tu seras fusillé!"
-Matterrazzi : "Et la bonne?"
-Le juge: "C'est Trezeguet qui tire!"

mercredi, 27 février 2013

Une oraison funèbre

Une oraison funèbre

C'est un gars qui fait une oraison funèbre lors de l'enterrement d'une personnalité.
L'orateur termine son discours par les termes "Et sa disparition laissera un vide douloureux"


Le lendemain, un autre gars qui était présent demande à l'orateur:
- Comment un vide peut-il être douloureux?


Et l'orateur répond:
- Vous n'avez jamais eu mal à la tête?

mardi, 26 février 2013

Trois ouvriers du bâtiment

Trois ouvriers du bâtiment, Marcel, Jacquot et René, prennent leur pause déjeuner installés sur un échafaudage.
Ils dégustent leurs sandwichs et boivent quelques canettes de bière.
A la suite d'un mouvement soudain de la structure, René perd l'équilibre, chute et meurt sur le coup.


Les deux survivants se rendent vite compte que c'est à l'un d'entre eux d'aller annoncer l'horrible nouvelle à la femme de René.


Jacquot, un rude gaillard qui ne fait généralement pas dans la dentelle, se propose spontanément :
- "Je crois que je serais pas mauvais pour ça..."


Et immédiatement! , il se rend au domicile de son défunt ami.
Il revient sur le chantier trois heures plus tard, avec un paquet de canettes de bière :
- "Tiens, j'ai amené du ravitaillement "
- "Mais, tu as bien été voir la femme de René ?", demande Marcel angoissé.
- "Ben ouais..."
- "Et le paquet de canettes, il vient d'ou ?", reprend Marcel.
- "C'est elle qui me l'a donne", rétorque Jacquot.


Marcel ne comprend pas :
- "Quoi tu lui as annoncé la mort de son mari et elle t'a offert des canettes de bière ? Explique-moi ce qui c'est passé."
- "Ben je suis allé là-bas", explique Jacquot, "j'ai sonné, elle m'a ouvert et j'ai dit :
- "C'est bien ici qu'habite la veuve de René ?".


Elle a répondu:
- "Non, non, vous faites erreur, je ne suis pas veuve..."


Et je lui ai dit:
- "Je vous parie six bières que si..."

lundi, 25 février 2013

Le cambriolage...

Le cambriolage...

Victime de cambrioleurs, le mari d'une femme très bavarde, confie aux journalistes :
- Je ne pardonnerai jamais aux malfaiteurs qui m'ont dévalisé.
- Parce qu'ils vous ont volé 500.000.- Euros ?
- Ce n'est pas cela.
- Parce qu'ils vous ont brutalisé ?
- Ce n'est pas cela.
- Alors pourquoi leur en voulez-vous à ce point ?
- Leur forfait accompli, ils nous ont ligotés, ma femme et moi, et nous avons du passer douze heures ainsi avant de pouvoir nous libérer.

Et figurez-vous que ces imbéciles avaient parachevé leur oeuvre en me bâillonnant et pas elle !