topblog Ivoire blogs

mardi, 21 février 2012

La vengeance d'une femme peut être terrible

La vengeance d'une femme peut être terrible


Le premier jour, elle a emballé ses effets personnels dans des boîtes, des malles et des valises...
Le deuxième jour, les déménageurs sont venus pour les emporter...
Le troisième jour, elle s'est assise pour la dernière fois dans leur salle à manger, et à la lueur des chandeliers, bercée par une douce musique de fond, elle s'est fait un festin de crevettes, de caviar et de champagne.
Lorsqu'elle a terminé son repas, elle est allée dans chacune des pièces de la maison et a déposé, dans le creux des tringles à rideaux, quelques crevettes qu'elle n'avait pas mangées. Elle a ensuite bien nettoyé la cuisine, et quitté la maison.
Lorsque son mari et sa nouvelle petite amie sont revenus s'installer à la maison, ils ont filé le parfait amour durant les premiers jours. Puis, lentement, la maison a commencé à sentir mauvais. Ils ont tout essayé : nettoyer, récurer, frotter, cirer, aérer... En vain.
Ils ont alors fait vérifier les conduits d'aération, afin de s'assurer qu'il ne s'y trouvait pas de cadavres de rongeurs en putréfaction. Tous les tapis, moquettes et tissus muraux ont été nettoyés à la vapeur, et des purificateurs d'air installés aux quatre coins de la maison.
Comme l'odeur persistait, le mari et sa petite amie sont partis quelques jours à l'hôtel, le temps qu'une entreprise d'extermination vaporise des produits anti-bestioles dans toute la maison. Lorsqu'ils sont revenus l'odeur était toujours là. Ils ont alors décidé de faire remplacer les tapis et moquettes, pour une somme faramineuse. Et l'odeur a persisté.
Leurs amis ont cessé de venir leur rendre visite, le facteur faisait un détour et oubliait de leur distribuer le courrier, la femme de ménage a donné sa démission...
Finalement, incapables d'endurer la pestilence, ils ont décidé de déménager dès que la maison serait vendue.
Un mois plus tard, et bien qu'ils aient réduit leur prix de vente de moitié, ils ne trouvaient toujours pas d'acheteur pour leur maison puante. Le mot était passé, et même les agents immobiliers ne répondaient plus à leurs appels.
En dernier recours, ils ont emprunté une importante somme d'argent pour pouvoir acheter une autre maison.
L'ex-épouse de l'homme lui a téléphoné, histoire de prendre de ses nouvelles. Il lui a raconté la saga de la maison puante. Elle l'a écouté poliment, puis lui a dit qu'elle s'ennuyait terriblement de cette maison, et qu'elle serait prête à accepter de réduire sesdemandes dans leurs négociations de divorce si elle pouvait récupérer la maison...
Sachant que son ex-épouse ne pouvait s'imaginer à quel point les odeurs de la maison étaient pestilentielles et insupportables, le mari voulut bien lui céder la maison pour le dixième de sa valeur réelle, à la condition qu'elle signe les papiers le jour même. Elle accepta et, dans l'heure, les avocats de l'ex-mari lui envoyèrent les papiers.
Une semaine plus tard, l'homme et sa nouvelle petite amie affichaient un sourire narquois en regardant les déménageurs emballer toutes leurs affaires et les déménager dans leur nouvelle maison. Tout, absolument tout.

Y compris les tringles à rideaux...

Le compte est bon ...

Le compte est bon ...

Lors d'un entretien d'embauche, un chef d'entreprise reçoit 4 ingénieurs: un ayant fait l'école polytechnique, le second HEC, le troisième informaticien, et le dernier sortant de l'université.I explique aux quatre candidats qu'en définitive, pour faire marcher une entreprise, il suffit de savoir BIEN compter.

Il s'adresse donc au premier d'entre eux, le polytechnicien, et lui dit: "allez-y, montrez moi comment vous comptez..."
- Le polytechnicien : " un... deux... un... deux..." ( Polytechnique est une école militaire )
le grand patron étonné,s'adresse ensuite à l'ingénieur sortant d'HEC:" A vous!comptez "
- L'ingénieur sortant d'H.E.C: "un eurokilo... deux eurokilos..., trois E.K..."

l'air inquiet,Il se tourne ensuite vers l'informaticien:" Ca vient à vous..."
- L'informaticien: " 0...1... 0... 1.. 0...1."
Désespéré, le chef d'entreprise s'adresse au dernier candidat sortant de faculté:
" Allez-y...".
- Le jeune homme commence: " 1... 2... 3... 4... Le chef d'entreprise rassuré:
" continuez, continuez..."
Et l'universitaire reprend : 8... 9... 10... valet... dame.. roi... " !!

mardi, 14 février 2012

humm, Mouktance Koi

Un jour je t'ai rencontré sur mon chemin, toi belle et sensuelle comme rien d'autre, mes yeux t'ont vu et mon coeur t'a choisit, en cet instant, pour toute la vie. JE TAimE

samedi, 28 janvier 2012

Erreur fatale

Erreur fatale

- Allo! Mon cœur, c'est papa au téléphone. Tu peux me passer
Maman?
- Je peux pas, elle est à l'étage dans sa chambre avec oncle David.
Bref silence...
- Mais ma chérie, tu n'as pas d'oncle David.
- si si il est dans la chambre avec maman!
- Bien, OK, bon, alors, voila ce que je veux que tu fasses :
Pose le téléphone, cours en haut, frappe à la porte de la chambre, et crie à maman et oncle David que la voiture de Papa vient
D'entrer dans Le garage.
- D'accord papa
Quelques secondes plus tard, la fillette revient au téléphone.
- J'ai fait ce que tu m'as dit, papa...
- Et qu'est-ce qui s'est passé?
- Ben, maman s'est mise à crier, à sauter hors du lit toute nue, elle s'est mise à courir partout, elle a glissé sur Le tapis, elle est tombée par la fenêtre, et maintenant elle est raide morte.
- Oh Mon Dieu! Mon Dieu! Mon Dieu! Et oncle David?
- Ben, lui aussi il a sauté hors du lit tout nu, s'est mis à courir partout, puis il a sauté par la fenêtre de derrière dans la piscine...
Mais il a oublié que le week-end dernier tu avais vidé la piscine
Pour la nettoyer, et maintenant il est mort lui aussi...
Long silence... Puis papa dit:
- La piscine? Quelle piscine? Nous n'avons pas de piscine.Je suis
Bien au 514.457-4... ?

Cours

PROPENSION AU CHANGEMENT
Une femme épouse un homme en espérant qu'il changera, mais il ne change pas.
Un homme épouse une femme en espérant qu'elle ne changera pas, mais elle change.

DISCUSSION TECHNIQUE
Une femme a toujours le dernier mot dans une dispute conjugale.
Le moindre mot que puisse dire un homme ensuite devient le début d'une nouvelle dispute